– PUBLICITÉ –

Campstove BioLite – Essai

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Nous avons reçu à tester le réchaud compact de camping et convertisseur de courant de Biolite. D’apparence haute technologie, l’appareil propose un mode de fonctionnement qui se veut écologique en utilisant le carburant qu’on trouvera dans les bois.

L’ensemble :

Le réchaud est contenu dans un petit sac de nylon qui contient : un bruleur en métal, une batterie/ventilateur, un fil USB, une petite lumière DEL en col de cygne orientable et un feuillet d’instructions. L’apparence de l’appareil est flatteuse. Le cœur du réchaud est entouré d’un garde-chaleur troué d’un beau fini nickelé. La batterie/ventilateur est construite d’un plastique orange et comporte un seul interrupteur marche/arrêt. Compactes lorsque rangées, les larges pattes stabilisatrices assurent une assise stable lorsqu’elles sont déployées.

Home_Cook_CampStove_1

Le concept :

Il s’agit d’un réchaud qui produit de la chaleur en brûlant de la biomasse que vous trouverez dans les bois : brindilles (jusqu’au diamètre d’un crayon), herbe sèche, cocottes, etc. En même temps, vous pourrez recharger votre cellulaire ou tout autre appareil électronique en le branchant dans la prise USB de la batterie de l’appareil. La recharge des petits appareils est la fonction secondaire de cette batterie qui, dans les faits, est un appareil qui remplit trois fonctions. La première est le stockage d’électricité. La deuxième est d’alimenter le petit ventilateur à deux vitesses qui gave le feu en oxygène. La troisième, et c’est là la prouesse technologique de l’appareil, est de convertir la chaleur du feu en électricité. La batterie sera donc perpétuellement chargée et pourra fournir une source fiable d’électricité pour votre téléphone. Selon certaines conditions…

L’utilisation :

Une fois le réchaud monté en un tournemain, le premier défi sera d’allumer la biomasse. Il vous faudra déployer tout votre savoir scout ou, comme suggéré dans le feuillet d’instruction, utiliser des blocs d’allume-feu. C’est ce qu’on a fait. L’air soufflé par le ventilateur en première vitesse alimente le feu généreusement d’air frais et, lorsque la température est assez chaude (comprendre que l’appareil produit de l’électricité à partir de la chaleur), la deuxième vitesse s’enclenche automatiquement, augmentant encore la puissance du feu. L’utilisateur pourra alors jouer avec les deux vitesses pour essayer de contrôler la chaleur produite.

Essayer de contrôler est le mot. La chaleur produite par le Biolite est impressionnante. Nous avons pu faire bouillir un litre d’eau en moins de deux minutes (chronomètre en main), faire cuire des saucisses ou des guimauves à la flamme. Par contre, nous avons tenté de faire cuire un œuf dans un poêlon et il a littéralement collé dans le fond, calciné. Nous nous imaginons mal comment on pourrait faire réchauffer des fèves au lard ou un ragoût de boulettes avec cet appareil sans le faire cramer.

biolite-campstove-burns-wood-to-cook-dinner-charge-gadgets-2

Qui dit puissance dit source d’énergie. Ce petit réchaud consomme les brindilles de bois à un rythme effarant. Assurez-vous d’avoir une bonne réserve sous la main pour nourrir l’appétit du réchaud.

Quant à la recharge des appareils, il est important de comprendre qu’on ne peut pas utiliser la batterie du réchaud comme un bloc batterie de secours. Il ne fournira de l’énergie à son port USB que si la production d’électricité à partir de la chaleur suffit à recharger la batterie du ventilateur et l’alimenter. Ce qui sera alors excédentaire sera dérivé vers le port USB. Cela a une certaine logique si on pense que le concepteur veut s’assurer que la batterie du ventilateur soit pleinement chargée pour faire fonctionner le réchaud.

biolite-campstove-burns-wood-to-cook-dinner-charge-gadgets-xl

Comme la fonction première n’est pas la recharge de votre téléphone, le temps requis pour charger un appareil complètement déchargé peut se compter en heures. En surfant sur le web, on peut lire des témoignages parlant de deux heures pour recharger un téléphone intelligent déchargé à 50%.

Bref…

Prometteur au premier abord et très original de conception, cet appareil nous fait découvrir assez rapidement les limitations fonctionnelles à l’usage : la recharge des appareils électriques ardue et surtout la gradation de chaleur difficile pour la cuisson des aliments. Il faut vraiment avoir la fibre écolo à fleur de peau pour tenter de dompter cet appareil.

À moins de rechercher un appareil qui pourra vous sauver la vie en mode survie durant un mois dans une contrée isolée de la civilisation (tant qu’il y aura de la biomasse, il y aura du feu), il nous est difficile de recommander cet appareil, surtout au prix de détail de 165,00 $. L’achat d’un bloc de batterie auxiliaire et d’un simple poêle au butane nous semble plus judicieux.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Pierre Allard

Pierre Allard

Chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS