– PUBLICITÉ –

Commander RS4 – Essai

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Les ensembles de chenilles proposées sur le marché se succèdent et se ressemblent. Larges et trapues, elles font paraître l’autoquad qui en est muni de créatures basses sur pattes. À quelques exceptions près, les chenilles sont conçues pour les mêmes fonctions : le travail ou les déplacements dans la neige profonde. La circulation en sentier avec ces chenilles est souvent décevante car elles entravent grandement les vitesses de circulation et engendrent des vibrations indésirables.

Kimpex, consciente de ce besoin mal comblé par la majorité des chenilles sur le marché, a revu le concept usuel des chenilles pour offrir un produit dédié à la circulation en sentier : les Commander RS4. D’entrée de jeu, Kimpex est très clair envers l’acquéreur potentiel qui s’y intéresse : elles ne sont pas conçues pour la circulation dans la neige profonde. Pour cette utilisation, veillez regardez du côté des Commander WS4.

À quoi bon des chenilles qui ne vont pas dans la neige profonde? Kimpex explique que leur système augmente le contrôle en sentier, la performance de traction et la manoeuvrabilité en sentier. Afin de nous permettre de confirmer ces allégations, Kimpex a mis à notre disposition un Polaris Sportsman XP 850 équipé des RS4. Ça tombe bien, la rédaction a justement à sa disposition un XP 850 sur roues pour comparer.

rs4-5

Force est d’admettre que les RS4 sont vraiment différentes des autres chenilles : chenille de caoutchouc étroite de 8 pouces, cloutée d’usine pour circuler sur les surfaces glacées, barbotin surdimensionné (qui est un des grands responsables de la vitesse de pointe). Leur hauteur qui juche le vtt 3 pouces plus haut sur ses pattes, augmentant la garde au sol d’autant, mais n’élargira le VTT que de 3 pouces, faisant passer sa largeur de 48 à 51 pouces. Soyez-en avisés si votre remorque a une largeur avoisinant les 4 pieds.

Les premiers tours de roue se font sur un sentier de neige durcie ouvert à la circulation automobile. L’effort au guidon n’est pas augmenté par rapport aux pneus, et bien que le VTT soit muni d’une servo-direction, le concepteur a pris soin de donner un profil arrondi sous la chenille avant pour limiter au minimum l’effort au guidon pour faire tourner les roues… ou plutôt chenilles. C’est une réelle amélioration par rapport aux autres modèles de chenilles déjà essayés. Nous notons également l’absence de vibrations qui auraient pu être causée par le roulement de la chenille sur une surface dure. Cependant, nous constatons un roulement très ferme de la suspension car malgré la présence de roulettes en tandem qui jouent le rôle d’amortisseurs, les chenilles n’ont pas la souplesse de roulement d’un pneu. De plus, elles ont tendance à glisser latéralement de côté, dans le sens des rainures de la chenille. Rien de dangereux, mais cela a son importance avec un système de traction AWD de Polaris. Enfin, étant habitué de rouler sur un 850, je remarque que le régime moteur est plus élevé aux mêmes vitesses mais sans aller dans des zones de révolutions inconfortables.

rs4-2

La conduite en sentier en très bonne condition (neige durcie sans roulière) peut être très amusante en mettant à profit le caractère survireur causé par les caractéristiques AWD du système Polaris. Manœuvre simple, on fait osciller le quad avant une courbe serrée selon la méthode du pendulum utilisée en rallye automobile. On laisse dériver le derrière en survirage et dès que le véhicule s’enligne dans la direction voulue, on ouvre les gaz et la traction à l’avant nous tire dans la courbe. Bien que spectaculaire, les chenilles n’apportent aucun avantage par rapport aux pneus dans ces conditions. En effet, malgré mes efforts, je sentais l’éclairage cru de la barre de LED sur l’autre 850 me chauffer dans le cou.

Tant qu’à rouler à la même vitesse avec les deux machines, nous en avons profité pour répondre à la question qui tue : c’est quoi le pourcentage de réduction de vitesse? Nous avons constaté une réduction de l’ordre de 15% de la vitesse de pointe. Remarquable.

Puis vient le moment de rouler en sentier enneigé, dans 3 pouces de neige fraiche. Dès lors, les RS4 évoluent dans leur élément et leur roulement s’adouci de manière très importante. La stabilité directionnelle est phénoménale. Je repère des congères de neige poussées par le vent d’une épaisseur de 12 pouces qui avance à mi-sentier. J’y fais entrer le vtt du côté gauche seulement et… rien du tout! Aucune secousse dans le guidon, aucune baisse du régime moteur, le vtt passe à travers comme s’il n’y avait rien et seuls les volutes de neiges éjectés par les ailes témoignent du passage dans la neige. Plus loin, le passage dans les roulières ne pose aucun problème, on en ressort à volonté simplement en tournant le guidon. Enfin, caractéristique inattendue mais appréciable, on ne ressort pas couvert de neige comme le Bonhomme Carnaval après une randonnée.

rs4-4

Nous avons mis aussi à l’épreuve la traction des chenilles dans le cadre d’une randonnée dans le secteur de Portneuf. Dans une section de sentier rempli par la poudrerie, nous avons pu tirer sans encombre 5 vtt complètement enlisés dans la neige, les roues tournant dans le vite. Une fois accroché derrière le Polaris, les VTT suivaient sans qu’ils n’aient à donner de la manette des gaz. Je m’excuse encore pour le pauvre gars qui n’a pas eu le temps de monter sur son TRX420 et qui a dû marcher à travers champ pour récupérer sa machine. Même un Can Am Commander a pu être extirpé de sa fâcheuse situation. Preuve est faite que la surface de traction des chenilles combinée à la garde au sol supplémentaire de 3 pouces donne une puissance de passage remarquable aux VTT équipé de RS4. Soyez seulement conscient que cela est possible par l’efficacité à trouver de la traction dans une condition de sentier très difficile et non pas par leur portance sur la neige.

Le freinage peut parfois causer des surprises et demander au conducteur d’actionner les commandes de frein plus fortement qu’à l’habitude. La neige pulvérisée sous le VTT tend à glacer l’étrier et les plaquettes de freinage.

Tiré du pamphlet publicitaire de Kimpex, la phrase « Ne soyez plus à la merci des sentiers, mais dominez les sur toute la ligne. » n’est pas une exagération. Les Commander RS4 augmentent de beaucoup le côté sécuritaire de la circulation en VTT en condition hivernale, que ce soit de par le contrôle accru et sa traction phénoménale dans la neige. De surcroît, vous aurez la tranquillité d’esprit de pouvoir revenir sans encombre en fin de journée, sans avoir la crainte de vous faire surprendre par des vents soudains qui auront bouché les sentiers. Les Commander RS4 sont une réelle innovation en matière de chenilles pour VTT qui répondent aux besoins des randonneurs.

Pour plus d’informations sur ce produit, visitez  www.commandertrackkit.com

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Pierre Allard

Pierre Allard

Chroniqueur

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS