– PUBLICITÉ –

Commander WS4 Essai

Kimpex Commander WS4

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Avec la neige qui tombe, beaucoup d’utilisateurs de quad veulent optimiser les aptitudes de franchissement de leur VTT sur les beaux tapis blancs, qui sont parfois d’une épaisseur impressionnante. Dans son étude de conception, Kimpex a statué qu’il y a deux catégories d’utilisateurs qui pensent acquérir un ensemble de chenilles de VTT. Le randonneur de sentier, qui ne veut plus se tourmenter avec l’état des sentiers, mais qui veut conserver autant que possible la vitesse de pointe de son VTT, sera plus intéressé par le modèle RS4 dédié à la circulation en sentier. Celui qui veut se promener sur son lot à bois, sortir son bois et circuler dans la neige profonde regardera davantage du côté du modèle WS4. Nous essayons ce dernier modèle dans le présent essai.

Construction :

Les chenilles WS4 sont pourvues de roulettes au nombre important de douze par chenille. Elles remplacent les glissières plus économiques utilisées sur certains modèles de la concurrence et permettent de les utiliser à longueur d’année. Les roulettes permettent un roulement plus fluide et réduisent la résistance au roulement. Le cadre de la chenille est construit avec un tubulaire d’acier de 2,5 pouces qui donne la solidité nécessaire pour le travail auquel elle est destinée.

Chenilles Kimpex Commander WS4

Les chenilles avant et arrière ont un design prévu pour des fonctions différentes. À l’avant, on constate   que la membrure inférieure qui supporte les roulettes et la chenille de caoutchouc a un profil arqué. L’extrémité avant monte haut afin d’assurer le meilleur angle d’attaque pour permettre à la chenille de monter sur la neige. L’arc se continue de façon moins prononcée sous le barbotin. Le but est d’atteindre le meilleur compromis entre la portance sur le sol et la réduction de l’effort requis pour faire tourner les roues.

À l’arrière, la membrure inférieure est droite et assure la meilleure portance possible et la surface de contact optimale pour maximiser la traction. Les chenilles de caoutchouc souples sont également étudiées pour assurer le meilleur confort de roulement possible. À l’avant, la largeur de la bande est de 292 mm et la hauteur des coches est de 25 mm. À l’arrière, la bande est plus agressive: sa largeur est portée à 330 mm et la profondeur des coches est de 32 mm. L’apparence d’ensemble de la construction de la chenille respire la qualité et la conception du produit démontre un sérieux de la mise au point.

En mouvement:         

Répondons d’abord à la question qui revient le plus souvent : quelle est l’importance de la réduction de la vitesse? Selon les spécifications du fabricant : 35%. C’est également l’impression que nous avons eue lors de l’essai. Par contre, selon l’usage envisagé, cette réduction peut être souhaitable. En effet, si on force le quad à avancer avec une forte charge en terrain difficile, les chenilles auront une prise beaucoup plus solide dans la neige et c’est la transmission du quad qui encaissera le coup. La réduction du rapport de transmission sera salutaire pour la santé de la courroie de votre transmission.

Puis vient le moment de rouler.  Sur une surface dure, on sent une vibration causée par les coches des chenilles sur la glace, mais rien de sec ou de brutal. Cependant, nous constatons un roulement très ferme de la suspension, car les chenilles n’ont pas la souplesse de roulement d’un pneu. De plus, elles ont tendance à glisser latéralement de côté, dans le sens des rainures de la chenille.

En s’engageant dans 6 pouces de neige, on constate que les WS4 évoluent dans leur élément et leur roulement s’adouci de manière très importante. L’effort au guidon n’est pas augmenté par rapport aux pneus, et bien que le VTT soit muni d’une servodirection, on voit bien que le travail du concepteur pour limiter l’effort à la direction porte fruit. La servodirection sera moins fortement sollicitée dans la grosse neige.

Passons maintenant aux choses sérieuses : la neige profonde. Nous y engageons résolument le puissant Outlander en faisant rugir le moteur. Il est impressionnant de faire évoluer le quad dans trois pieds de neige folle aussi aisément, le moteur travaillant dans une plage de puissance confortable. Le quad oscille doucement de droite à gauche au fil du profil des congères en éjectant des volutes neiges éjectées par les ailes. Il est enivrant de voir les limites de franchissement du quad en saison hivernale être repoussées de façon aussi importante. Seules les ascensions dans des pentes abruptes pourront stopper le quad.

En évoluant ainsi dans la neige, nous avons pu constater que les chenilles évacuaient très bien la neige et qu’il n’y avait pas d’accumulation de glace, sauf dans le système de freinage. La neige pulvérisée sous le VTT tend à glacer l’étrier et les plaquettes de freinage.

Les chenilles sont un outil sans pareil pour repousser les limites utilitaires d’un quad. On pense d’emblée à l’hiver quand on pense chenille, mais les WS4 sont conçues pour rouler durant quatre saisons, dans la boue, le sable ou autres types de terrains difficiles. Chez Commander, on joue la carte de la spécialisation : utilitaire avec les WS4 ou randonnée en sentier d’hiver avec les RS4. Chacune vous donnera satisfaction selon vos besoins. Donc, à vous de faire votre choix.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Pierre Allard

Pierre Allard

Chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS