– PUBLICITÉ –

Conseils de sécurité

Conseils de sécurité

– PUBLICITÉ –

Table des matières

À circuler dans les sentiers, on constate souvent que les gens sont peu informés ou soucieux des gestes de base pour augmenter la sécurité dans notre sport.  Voici trois gestes qui pourraient vous éviter un incident fâcheux dans le sentier.

Signaler le nombre de personnes derrière vous dans le peloton

Lorsque quelqu’un vous croise en pointant l’index vers le ciel ou le majeur et l’index en V, ce n’est pas pour vous signifier qu’il est numéro un ou sa victoire. Il vous indique le nombre de personnes qu’il y a derrière lui.

Avec la poussière que lèvent les véhicules hors route, les distances entre les véhicules tendent à s’étirer. C’est très facilitant de savoir combien de quads vous croiserez dans un court laps de temps avant d’augmenter la cadence de nouveau.

Circuler les phares allumés

Même si le fait de circuler les phares allumés est prescrit par la loi, plusieurs négligent d’allumer les phares en sentier. Pourtant, cela augmente grandement votre visibilité auprès des autres quadistes dans les sentiers, spécialement quand vous évoluez dans la poussière de sentier d’enfer.

Anecdote : Lors du test de longue distance en sentier avec le Renegade 1000 SXR, je roule devant et mon fils Xavier suit à bonne distance dans la poussière que je soulève. Nous roulons sur un chemin forestier qui est d’un entretien impeccable et qui a fait l’objet d’un nivelage il n’y a pas longtemps.

Je rencontre un autoquad qui roule au centre du chemin en pleine courbe, tous phares éteints. Je me tasse sur le côté droit du chemin et lui fais signe qu’un VTT me suit en lui faisant signe de la main, l’index pointé par le haut. Il me répond d’un salut nonchalant de la main, en roulant sans réduire sa vitesse dans le centre du chemin.

Quelques secondes après, Xavier rencontre le VCC qui surgit dans la poussière devant lui. Réagissant promptement, Xavier plonge avec le XMR vers le bord droit du chemin, mais pour compléter la manœuvre et compenser la faible adhérence des Silverback, déchaine la puissance des 1000cc du XMR en mettant la manette des gaz dans le fond. Le Gade s’est mis en survirage, mais les palettes de 2 pouces balayaient furieusement le sol, arrosant copieusement de gravier le pauvre gars dans son autoquad. « J’ai entendu la garnotte grêler sur son Side-by-Side, me dit Xavier, sourire en coin. Je n’ai pas osé arrêter »

Une fois la cocasse histoire contée, on ne peut s’empêcher de penser que si le gars du SidexSide avait compris mon signal, il aurait ralenti et laissé plus d’espace. Par surcroît, si les phares avaient été allumés, Xavier aurait eu quelques secondes de plus pour réagir.

L’utilisation de l’interrupteur d’urgence

Savez-vous instinctivement où est placé l’interrupteur d’urgence de votre quad? Est-ce qu’il opère de gauche à droite ou de bas en haut? En toute honnêteté, êtes-vous capable de l’actionner sans y penser, alors que le quad qui s’emballe saute partout de gauche à droite? Dans le monde des quads, peu le peuvent. Pourquoi? Parce qu’en n’ayant aucune formation, aucun instructeur n’inculque de couper le moteur avec l’interrupteur d’urgence. Lors des cours de motos, les instructeurs le font. La séquence est simple :

Démarrage : Actionner l’interrupteur d’urgence à ON, tourner la clef, actionner le démarreur.

Arrêt : Actionner l’interrupteur d’urgence à OFF, fermer la clef, Go to bar.

Simple n’est-ce pas? Pourtant, acquérir cet automatisme pourrait vous sauver la vie un jour.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Pierre Allard

Pierre Allard

Chroniqueur

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS