– PUBLICITÉ –

Honda Pioneer 500 2015 – Essai long terme

Honda Pioneer 500

– PUBLICITÉ –

Table des matières

C’est lors de ma visite dans les locaux de notre éditeur en janvier dernier que j’ai aperçu ce qui allait devenir mon essai à long terme. Moi qui rêvais d’essayer ce petit côte-à-côte de seulement 50 pouces de large (l’un des plus petits de la catégorie des VCC) qui peut même embarquer dans une boîte de pick-up de 8’. Mais c’est le seul et unique doté d’un sélecteur de vitesses à palettes intégrées au volant. La chose pouvait enfin devenir réalité, le Pioneer 500 était destiné à faire partie intégrante de mon garage pour les mois à venir, grâce à la générosité des gens de chez Honda.

À chaque fois que je reçois un nouveau jouet, j’applique habituellement la même routine : ne pas l’essayer la première journée. Je dois l’observer visuellement sous toutes ses coutures en le scrutant du regard, en le mesurant, en l’analysant tel un rayon X et en écoutant le son de son moteur. Je considère avec importance ce petit moment qui me permet d’avoir un premier « feeling»… car la première impression n’arrive qu’une seule fois ! Laissant libre court à trois de mes sens : la vue, le toucher et l’ouïe, j’apprivoise ainsi le sujet, que je devrai éventuellement analyser et décortiquer pour vous. C’est de cette manière que j’alimente ma passion pour les véhicules hors route et mon désir d’être le plus honnête possible envers vous, cher lecteur. Car le but premier d’un chroniqueur est de vous instruire et de vous renseigner, afin de vous aider à trancher le plus facilement possible: savoir si ce VCC est fait pour vous et s’il correspond à vos besoins.

CARROSSERIE ET FINITION

Je vous écrivais au préalable sur l’importance de ma première impression…eh bien, elle est assez tranchante au sujet de l’esthétique du Pioneer 500. Voilà ce que mon sens de la vue m’a fait dire : « Il est tellement laid…qu’il en devient beau à force de le regarder. » Sans rien vous apprendre de nouveau, Honda a toujours eu une excellente réputation sur la qualité de leur assemblage et leur finition. Que ce soit par leur choix des plastiques, des composantes mécaniques et de l’assemblage en général, il n’y rien à redire. Ce VCC ne fait pas exception à la règle. Par contre, je dois vous mettre tout de suite au courant, on parle ici d’un modèle qu’on pourrait définir comme étant une « entrée de gamme ». Il n’y a pas de « gadget » tape-à-l’œil ou d’options supplémentaires pour vous faire pencher en sa faveur. On ne peut pas avoir un produit plus de base que ce VCC, il n’y a aucune option d’inclus au prix de 10 499$ (affiché sur le site de Honda.ca). Pas de miroir, pas de treuil, pas de toit, pas de jantes en aluminium…même pas de boîte en plastique derrière, qu’un immense porte-bagages (rack) copié sur le celui d’un VTT qui peut recevoir au maximum 450 lb de matériel. Exit ceux qui recherchent un VCC avec une benne à bascule pour transporter du sable, de la roche, du bois. Ceux aussi que la beauté esthétique est un critère de sélection pour leur engin, car il est carré, étroit (50 pouces) et au look peu accrocheur.

honda_pioneer_2015

ERGONOMIE

J’ai tout de suite aimé la façon dont on prend place à bord de ce VCC, leur porte à cliquet est géniale !!! On tourne un genre de roulette d’un demi-tour et la porte se rabat à 180 degrés, avec son filet de sécurité sur le côté (vers l’arrière) sans aucune résistance et sans filet à devoir détacher. Honda a vraiment innové avec ce concept, je ne serai pas surpris de le voir apparaître sur d’autres modèles…de d’autres compagnies dans l’industrie. Une fois à bord, ça se gâte un peu : la banquette qui sert de siège pour les deux occupants est fixe et ne bouge pas d’avant/d’arrière. Je l’ai même sorti de ses supports en tentant de m’avancer vers l’avant. Je me suis ramassé dans une position précaire, car la banquette a glissé à mes pieds…me laissant le postérieur en suspend au-dessus d’un trou pour accéder à certaines composantes mécaniques ! Une fois la banquette remise en place, j’ai pu m’asseoir et réaliser l’étroitesse de ce VCC. Les gens souffrant de claustrophobie ou ayant un gabarit imposant : vous venez de vous faire éliminer aussi. L’habitacle est très restreint, pour preuve, le rebond intérieur de l’aile de la roue avant gauche rentre à l’intérieur de l’espace réservé pour les pieds, ne vous laissant pas le choix d’avoir la jambe gauche pliée à 90 degrés et celle de droite sera dans un angle de 45 degrés pour appuyer sur la pédale de l’accélérateur et celle du frein. Les ceintures sont facilement accessibles pour la prise en main et le mécanisme de retient de la ceinture de sécurité est assez dégagé en hauteur, pour ne pas avoir à rechercher l’incrustation à l’intérieur de la banquette. Maintenant, c’est à vous de discerner si vous avez le gabarit imaginé par les ingénieurs de Honda. Car avant d’en faire l’acquisition, vous devrez vous asseoir au volant, afin de déterminer si vous êtes confortable avec la position de conduite qu’ils vous imposent.

Honda Pioneer 500

INSTRUMENTATION

Si vous êtes un habitué des produits Honda, vous ne serez pas dépaysé, car ils utilisent le même écran indicateur sur toutes leurs gammes de VTT et de VCC. Il est simple à comprendre, les données de base sont bien visibles et l’éclairage orange est de bon goût. Il n’y a pas d’indicateur de RPM (tours-moteur) mais par contre, il y a un petit ordinateur qui vous mentionne que le VCC a besoin d’une maintenance (c’est ce qu’il m’indiquait quand je l’ai reçu…il était dû pour un changement d’huile). Pour ce qui est de l’éclairage de 37,5 watts, il est correct sans plus, l’important c’est que vous puissiez voir où vous vous en allez et il répond aux normes à ce chapitre. Maintenant, LE point très agréable de ce VCC : la sélection des vitesses. Là, on commence à entrer dans les forces de ce VCC. Elles sont sélectionnables à partir de palettes situés de chaque côté du volant, nommé par Honda : le système ESP. Avec celle de droite, on monte les rapports de vitesses et celle de gauche, on rétrograde…aussi facile que ça. Mais pour passer au reculons, ho boys ! Ça se complique encore une fois; je peux même affirmer que ça toujours été LA bête noire de Honda ! Pouvez-vous bien me dire ce qu’ils n’ont pas encore compris sur le mode « reculons » les ingénieurs de Honda ? Depuis toujours, ils utilisent un système bien trop compliqué pour rien qui doit se faire en 4 étapes : 1) mettre le véhicule au « Neutre » 2) tirer une languette incrustée dans le tableau de bord qui désactive la barrure du reculons et la maintenir tirée vers l’avant, le temps de faire l’étape 3 avant de la relâcher…sinon, on doit recommencer la manœuvre à nouveau. 3) actionner le sélecteur à palette du côté gauche du volant, afin de rétrograder du « Neutre » vers le rapport du « Reculons » qui affichera un beau gros « R » sur le tableau de bord. 4) relâcher la languette que vous teniez tirée vers l’avant depuis l’étape 2. Et finalement vous pouvez appuyer sur l’accélérateur pour faire bouger l’engin…oufff !

honda_pioneer_2015-6

GROUPE MOTOPROPULSEUR ET SPÉCIFICATIONS

Le Pioneer 500 utilise un moteur de 475 cm3 à injection électronique du carburant. Il s’agit d’un monocylindre à 4-temps, refroidi par liquide à montage longitudinal, dont la hauteur a été considérablement réduite pour abaisser le centre de gravité et améliorant la garde au sol. Ce moteur a déjà fait ses preuves depuis de nombreuses années sur leur gamme VTT, arborant la légendaire fiabilité de la marque Honda. Malheureusement, Honda ne précise pas le nombre chevaux/vapeur (HP) de ce moteur, mais il s’agit de l’une des plus petites cylindrées disponibles sur le marché des VCC. Malgré un petit réservoir d’essence de seulement 15 litres, ce VCC compense par un poids plume de seulement 1009 lb à vide. Il a l’avantage d’être l’un des moteurs les plus économiques en carburant de ce segment, lui permettant de longues heures d’utilisation entre chaque plein d’essence. Mais la véritable force de ce VCC est sa transmission à entrainement direct (à shaft) avec engrenage métallique baignant dans l’huile, permettant de tirer près de 1000 lb. Les 5 rapports avec embrayage automatique à sélection électrique des vitesses (ESP), avec marche arrière et un 1er rapport ultracourt qui agit comme un LOW. Le sélecteur de vitesses à palettes montées au volant permet un agrément de conduite incomparable et unique. Il est, à mon humble avis, le point décisif pour choisir ce VCC. Pas de courroie (strap) qui glisse ou qui s’émiette dans une situation précaire…que le bonheur de choisir nous-mêmes le rapport approprié par notre style de conduite et de pouvoir l’utiliser à notre guise en descente. Pour l’avoir essayé dans une descente abrupte de 30°, en choisissant le 2e rapport, je devais appuyer sur l’accélérateur pour avancer et j’ai voulu pousser le test encore plus loin en le mettant en 1re vitesse. Résultat : il s’est arrêté en plein milieu de la côte sans avoir à appuyer sur les freins…ça, c’est du frein-moteur en puissance !!! Par contre, le 1er rapport et la marche arrière sont tellement courts et lents, que faire la course avec une tortue…pas sûr de savoir qui gagnerait. Un 6e rapport serait approprié pour ce VCC, car la vitesse maximale de pointe est de 66 km/h avant que le coupe moteur s’active, venant interrompre notre élan par de violentes secousses. On peut affirmer que sa vitesse de pointe est de 65 km/h sinon on se fait brasser la cage pas à peu près. De plus, à cette vitesse, le système d’échappement en acier inoxydable émet un tel vacarme, qu’il devient impossible de discuter avec notre passager, sans avoir à hurler vos intentions. En résumé, si vous désirez avoir un engin qui fait glisser les pneus au décollage et d’avoir un top-speed au-delà des 80 km/h…vous êtes aussi éliminé !

Honda Pioneer 500

PLAISIR DE CONDUITE ET UTILISATION

J’ai eu beaucoup de plaisir à conduire le Pioneer 500. Que ce soit ma femme, mes amis (même un ami français de passage) ou toutes autres personnes l’ayant essayé, tous ont trouvé que son système à changement de vitesses au volant était LE point amusant et dominant de ce véhicule. Son gabarit étant plus proche du « Kart de Golf » que du « Dune-Buggy», il permet de se faufiler en forêt au travers les arbres ou sur un sentier étroit et sinueux, presque à la manière d’un VTT. Le confort de roulement est surprenant, malgré une suspension très rudimentaire. La direction sans servodirection est aussi très précise et d’une surprenante légèreté même en mode 4×4, probablement causée par son poids plume. L’expérience de conduite a toujours été une force chez Honda. Tout est pensé en fonction d’une conduite agréable et intuitive avec un centre de gravité bas, des composantes mécaniques homogènes qui se complètent merveilleusement bien. Donnant une sensation réelle du terrain qui n’est pas aseptisé par toutes sortes d’aide à la conduite, donnant l’impression de rouler sur des guimauves, alors qu’on est en terrain cahoteux et parsemé de roches. Personnellement, je préfère avoir une lecture honnête et véridique du terrain que j’emprunte, ce qui m’aide à adapter ma conduite et ma vitesse en fonction de celui-ci et ainsi rester dans la « zone sécuritaire ». En résumé, ceux qui recherchent un véhicule fiable, abordable, économique d’utilisation/réparation et amusant à conduire, vous avez ici un sérieux prétendant à considérer lors de votre magasinage. Il pourra vous rendre de précieux services pour les menus travaux, tirer une petite remorque sans problèmes et vous donnera du plaisir à tout coup lors de vos ballades (à basse vitesse) en sentier.

Honda Pioneer 500

EN CONCLUSION

Je me dois d’être honnête avec vous, je ne suis pas un fan des grosses cylindrées et des VTT ou VCC que je n’aurai jamais le moyen de me payer. Lorsqu’on regarde les publicités des constructeurs ou les sites internet spécialisés, on s’aperçoit rapidement qu’ils s’adressent trop souvent à une clientèle richissime ou avide de puissance rugissante. Malheureusement, cela ne correspond pas à la réalité du marché. La grande majorité est pourtant composée d’utilisateurs du genre : monsieur et madame tout le monde, comme vous et moi. Avec un budget limité, les choix économiques et abordables sur le marché se resserrent rapidement… qui peut vraiment se payer un VCC de 30 000$ avec les équipements, pour ramasser les feuilles mortes sur le terrain ou amener un peu de bois au chalet ? Heureusement pour nous, il y a encore, dans le monde des produits récréatifs, des compagnies qui produisent des véhicules de qualité, à un prix adapté au petit budget. Qu’on se l’avoue, les VTT et VCC sont des outils pour nous aider à effectuer (selon nos besoins) différents travaux ou un loisir, qui nous permettent de prendre l’air et de voir les magnifiques paysages que nous nous offre la nature. Ce qui m’amène à considérer le Honda Pioneer 500 comme étant l’un des premiers choix dans le créneau des VCC de petites cylindrées.

Pour plus d’informations sur les modèles cités ci-dessus ou d’autres modèles, visitez www.honda.ca

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Steve Allard

Steve Allard

Chroniqueur

Une réponse

  1. Salut.
    Je regarde pour acheter un Pioneer 500 usagé 2015.
    Utilité: aucune vitesse, activité de chasse (avec sentiers parfois assez boueux) , balade (pas sur sentier fédéré) et peut etre y ajouter une gratte l’hiver.
    Il me manque l’info sur le comportement hors sentier ou dans la bout avec le dégagement de 8.5po ?

    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS