– PUBLICITÉ –

Yamaha Viking 2014 – Essai

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Les véhicules côte-à-côte sont en quelque sorte comparables à des camionnettes, car ils servent tous les deux au transport de personnes et de marchandises. Les deux véhicules ont été à l’origine conçus pour le travail, mais avec le temps, les propriétaires leur ont trouvé toutes sortes d’utilisations récréatives et ils exigent maintenant encore plus de ces véhicules. Les fabricants ont pris connaissance de ces tendances et ils ont construit une nouvelle génération de véhicules en fonction de l’évolution des goûts des clients. Yamaha a toujours excellé dans ce domaine, en particulier en introduisant le Rhino en 2004 : ils ont inventé un modèle tout à fait avant-gardiste.

Par contre, tout comme les camionnettes, les véhicules côte-à-côte ont continué d’augmenter en taille et en fonctionnalités au cours des dernières générations. Cela nous amène aujourd’hui au tout nouveau Viking de Yamaha. Ce côte-à-côte est comparable en taille et en capacité au Ranger de Polaris, au Pioneer de Honda et au Commander de Can-Am. Ce nouveau modèle ramène la gamme de côte-à-côte de Yamaha au même niveau de standards établi par les autres constructeurs depuis les dernières années, ce qui, avouons-le, avait glissé entre les doigts de Yamaha.

La longueur de la nouvelle machine est de 122 po (310cm); sa largeur est de 61.8 po (157cm) et offre un respectable empattement 74.1 po (188cm). Le Viking est construit pour transporter trois adultes sur une banquette à l’intérieur d’une cage de protection certifiée ROPS. Derrière eux, il sera également possible de transporter 600lb (272kg) dans la benne basculante ainsi que remorquer 1 500 lb (680kg) grâce au récepteur d’attelage standard en tube carré de 2 pouces de type automobile.

Une bête de travail, c’est sûrement la meilleure façon de décrire ce nouveau côte-à-côte. Cependant, son nouveau look typiquement VTT de Yamaha et sa conception sont très axés sur le travail, mais également sur l’efficacité et la robustesse en conditions hors route : les parties du véhicule sont en plastique solide et de l’acier a été ajouté partout où il est nécessaire pour aider repousser les pires assauts.

yamaha_viking_2014_first_ride

Il faut aussi mentionner que le Viking est maintenant aussi imposant que les concurrents qui ont pénétré ce créneau du marché au cours des dernières années.

Il n’y a pas si longtemps, Yamaha avait une vision très différente de ce marché avec ce qui fut alors une autre première : le Rhino. Je soulève cette remarque afin de démontrer deux choses. La première : la vitesse à laquelle le segment des véhicules tout-terrain a évolué. La deuxième : l’ardeur avec laquelle tous les fabricants se sont impliqués dans ce marché pour combler les besoins de leurs clients (c’est-à-dire nous…).

Examinons la façon dont j’ai décrit l’introduction du Rhino original dans une étude publiée en mars 2004.

« Les VTT sont passés de l’utilisation saisonnière à un moyen de transport utilisable à l’année en si peu de temps que je ne saurais vraiment dire à quel moment c’est arrivé. Cependant, un bon indice est le fait que les fabricants nous offrent aujourd’hui l’essai de leurs machines à longueur d’année, et jamais ils ne l’auraient fait s’ils avaient des doutes quant à la viabilité de l’utilisation de leurs produits en hiver. En bref, voilà la principale raison pour laquelle j’ai pu essayer le nouveau Rhino de Yamaha dehors, dans la nature en plein mois de janvier. »

« En plus d’être un nouveau modèle de VTT à tester, le Rhino crée une nouvelle sous-catégorie, le côte-à-côte. Ce style d’habitacle est le plus souvent associé aux voiturettes de golf ou petits véhicules conçus pour l’aménagement paysager construit par John Deere ou Kawasaki, mais c’est là où les similitudes s’arrêtent. »

« Le cœur du Rhino est le moteur éprouvé de 660cc qui a fait honneur au Grizzly de Yamaha au cours des deux dernières saisons. Cet engin est un monocylindre à 5 soupapes refroidi par liquide et contrebalancé. Il utilise une transmission On-Command de Yamaha qui offre 2RM/4RM et 4 roues motrices à différentiel verrouillé pour une action fixe des quatre roues motrices. Le Rhino propose une suspension indépendante aux quatre roues avec 185 mm (7.3 « ) de débattement des roues avant et arrière. La garde au sol est de 305mm (12.1 « ) et la suspension est réglable à l’avant et à l’arrière. C’est la principale différence dans ce que j’appellerai la prochaine génération de côte-à-côte. Avec une garde au sol élevée et une capacité à traverser les obstacles similaires à ce qu’un VTT peut faire, le Rhino est un VTT qui apportera une bien meilleure performance que ses lointains cousins sur un parcours de golf. Travailler ou s’amuser sur un terrain paysager ou dans la brousse est également possible, et ajoutez à tout cela sa grande capacité de remorquage et de cargaison et vous obtenez une machine à triple action. Quoique limité par sa taille (autant le dire maintenant), car c’est le marché actuel qui le veut, je soupçonne qu’il y ait un groupe assez important d’acheteurs qui ne verront pas cela comme un point négatif, ce qui gardera la production des Rhino de Yamaha très occupée dans l’avenir. »

Dans ce texte, je faisais une petite blague qui est passée inaperçue à l’époque, mais qui est amusante aujourd’hui. Notez que je disais «Quoique limité par sa taille» ce qui est amusant parce que la plupart des côte-à-côtes d’aujourd’hui surclassent le petit Rhino d’il y a tout juste 10 ans. Il semble que comme les camionnettes que nous conduisons aujourd’hui, tout ce qui est plus grand est simplement meilleur.

yamaha_viking_2014_first_ride-6

Pesant 1 343 lb (609kg) le Viking de base fait bel et bien le poids pour transporter toutes les personnes et les marchandises qu’il prétend pouvoir faire. À la fin de l’automne, nous avons eu une chance d’en faire l’essai à fond et ne faire que ça, y compris lui faire tirer une remorque bien chargée.

Le premier avantage de cette machine est que son poids fait en sorte que la puissance du moteur se transmet au sol. Les nouveaux pneus Maxxis Big Horn à 6 épaisseurs adhèrent à la route et permettent d’avancer aisément plutôt que de patiner et déraper. Même avec toute cette charge sous la pluie, le Viking a grimpé par-dessus des souches de bois pourri et a franchi des rochers glissants grâce à sa suspension indépendante à double triangulation à l’avant et à l’arrière. Cette configuration lui permet plus de 8 po (20cm) de débattement à chaque roue et malgré tout ce poids sur elle, la suspension ne s’affaisse que très peu et conserve sa garde au sol de 11.8 pouces (300mm).

Nous avons tracté une remorque derrière le Viking pour répandre du gravier sur un sentier que nous entretenons nous-mêmes ; c’est un des sentiers que j’utilise pour le défi annuel du Canadian Truck King Challenge (mais ça, c’est une autre histoire). Cependant, tout comme un véhicule de travail, nous l’avons également empli de scies à chaîne, de carburant, d’huile, de sangles de remorquage, de leviers, de haches et d’équipement de sécurité. Nous avons travaillé le long du sentier à l’aide du Viking chargé d’outils avec la remorque pleine de gravier attachée à l’arrière, nous avons franchi des trous et des endroits difficiles que même les camionnettes n’auraient pu atteindre.

Pour traverser les différents types de terrains, le Viking nous offre le système «On-Command» de Yamaha. L’opérateur actionne un simple commutateur rotatif qui change le mode de traction électroniquement, passant facilement de deux roues motrices à quatre roues motrices ou à un mode quatre roues motrices à différentiel avant verrouillé.

yamaha_viking_2014_first_ride-2

Le nouveau Viking est alimenté par un puissant moteur de 686cc à 4 temps, 4 soupapes, à injection de carburant et refroidi par liquide, qui a été repensé pour offrir une courbe de puissance plus étendue. De la basse vitesse aux régimes les plus élevées, ce moteur développe plus de couple que tout autre auparavant. Les principaux changements sont une nouvelle forme de la chambre de combustion, un taux de compression révisé, un nouveau profil de came et un piston forgé. Toutefois, il est intéressant de noter que Yamaha a gardé un moteur de même cylindrée que le Rhino original. Je vois cela comme une déclaration (la même que Honda clame depuis des années): fournir assez de puissance dans leurs produits, mais pas à l’excès comme le font plusieurs autres juste pour avoir le plaisir de se vanter d’en offrir plus inutilement.

Ce moteur est placé dans le nouveau châssis, tout juste à l’arrière du centre du véhicule et c’est pour cette raison que la traction est très bonne. Le poids du moteur est réparti entre l’avant et l’arrière, mais avec un léger penchant vers l’essieu arrière, d’où la plus grande poussée doit provenir. C’est le bon côté. Ce qui est beaucoup moins bon, cependant, est le bruit assourdissant qui atteint les oreilles des occupants. Yamaha devrait se pencher sur des idées technologiques d’insonorisation étant donné la position du moteur dans ce véhicule.

Une fonctionnalité intéressante que nous avons remarquée du Viking est la capacité du réservoir de carburant. Près de 10 gallons US (36.7 L) ; avec cette quantité de carburant à bord, vous pourrez facilement rouler toute la journée sans avoir peur de tomber en panne. Une autre caractéristique qui se démarque est la nouvelle conception du plancher plat. C’est une configuration idéale pour le travail, en permettant des entrées et des sorties faciles de chaque côté: très pratique quand il faut faire des arrêts fréquents.

Alors que les freins semblent toujours être un élément secondaire lors d’un essai, j’ai réalisé après coup comment ils ont merveilleusement bien fonctionné, surtout quand j’ai commencé à ajouter du poids sur le Viking en surplus de celui de la remorque. Pour vous donner une idée, nous étions facilement dans les 3000 lb (1360kg). Le Viking utilise des freins à disque à l’avant et l’arrière. Les disques sont de grands diamètres et chacun utilise des étriers à doubles pistons qui agrippent fortement et freinent aisément. Le Viking est également livré avec un frein de stationnement mécanique à disques qui reste solide même sur les pentes prononcées. De plus, le nouveau moteur offre également un frein moteur qui est très efficace pour ralentir le véhicule lors de la descente de pentes abruptes.

À l’intérieur de la cabine du Viking, le dossier du siège a un bon angle d’inclinaison, et la position centrale est inclinée de 5 degrés plus loin. Ceci crée une assise décalée qui permet aux trois passagers de s’installer plus confortablement sans se toucher les épaules. Yamaha utilise également un rembourrage à l’uréthane formé qui s’adapte à la taille de son passage pour plus de confort et de sécurité. Ceci vous donne vraiment l’impression d’être assis «dans» le Viking et non pas «dessus».

yamaha_viking_2014_first_ride-4

Toutes les fonctionnalités de sécurité, qui sont franchement un atout avec les côte-à-côte d’aujourd’hui, font également partie intégrante de l’intérieur de cette nouvelle cabine : ceintures de sécurité, poignées de maintien pour les passagers et même une partition sur le plancher qui maintient les pieds des passagers loin de l’espace des pieds du conducteur, pour lui permettre d’utiliser l’accélérateur et le frein de façon sécuritaire lors de la conduite. Des portes en plastique robustes à loquets de fermeture garderont le corps des passagers à l’intérieur de la cage de sécurité pour en assurer leur protection.

Le Viking, comme tous les véhicules côte-à-côte de sa catégorie, a trouvé d’autres activités à faire pour leurs propriétaires en dehors du travail. Chasse, pêche, déneigement et randonnées en sentier. Pour ces utilisations, Yamaha offre une multitude d’accessoires prêts à installer. Un de ceux avec lequel j’ai eu la chance de jouer est un fourreau à carabine dans un étui rigide, boulonné à l’arrière de la cage de sécurité, juste au-dessus de la benne arrière. Dans le cas de cet ajout, Yamaha se doit d’apporter des modifications : l’accessoire est de bonne qualité et est facilement installé, par contre, son emplacement nuit à la visibilité du conducteur quand il veut reculer et il empêche aussi la benne de fonctionner correctement une fois en place. Allez, les gars, vous pouvez faire mieux.

Mis à part cette petite frustration, il est évident que la qualité de construction de tous les produits Yamaha se retrouve dans le nouveau Viking. Et, pour les fans de la marque qui réclamaient un véhicule comme le fait la concurrence, un véhicule pour jouer dehors, et bien ils devraient être très satisfaits.

Pour plus d’informations sur les modèles cités ci-dessus ou d’autres modèles, visitez Yamaha-motor.ca.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Howard Elmer

Howard Elmer

Chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

– PUBLICITÉ –

DERNIÈRE VIDÉO

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –

SUIVEZ-NOUS